Actions sur le document

960- Promouvoir la végétalisation des toitures industrielles

Par Bassaris

La végétalisation et l'agriculture urbaine

248 11
  • Description
  • Commentaires
  • REDONNER SA PLACE AU CONTINUUM DE BIODIVERSITE LIEGEOIS TOUT EN INTEGRANT LES BATIMENTS INDUSTRIELS AU TISSU URBAIN
    Afin de recréer une continuité dans les îlots de biodiversité qui entourent Liège, les toitures végétalisées plantées d’espèces indigènes sont un bon moyen de recréer des « zones de liaison » entre zones de biodiversités dites « centrales », comme nous l’a expliqué avec pédagogie le professeur Grégory Mahy lors d’une rencontre le 17 mai. La verdurisation d’au moins un pourcentage des toitures de bâtiments industriels et de stockage pourrait permettre à la fois cette réhabilitation de la biodiversité, et une meilleure acceptation de ces bâtiments dans le tissu urbain, qui sont souvent mal accueillis. Mettre en place des aides financières pour les entreprises qui souhaitent installer ce système pourrait constituer une alternative à l’obligation si celle-ci devait constituer un frein trop important au développement de l’activité économique.
    LES AVANTAGES BONUS : Notons pour finir les avantages supplémentaires qu’offrent les toitures vertes, qui permettent de lutter contre les risques d’inondation par rétention des eaux pluviales, de contribuer à l’isolation thermique des bâtiments et participent à la photosynthèse. Elles peuvent également nous permettre de faire un pas vers l’agriculture urbaine, dont le développement constitue une réponse partielle au soucis d’empreinte carbone de notre consommation.
    Tout cela va dans le sens d'une participation générale pour redonner sa place à la nature dans la ville, afin que les initiatives ne soient pas exclusivement à la charge de la ville (comme les idées de végétalisation de boulevards ou de voies de tram par exemple, également évoquées par le professeur Grégory Mahy lors de la fameuse conférence).