Actions sur le document

715- Valoriser le patrimoine architectural du XXe siècle.

Par sistasse

Art, Culture, Patrimoine, Tourisme

57 9
  • Description
  • Commentaires
  • Complexe Chiroux-Kennedy-Croisiers. Valoriser le patrimoine architectural du XXe siècle.

    Si l’architecture moderne ne fait pas encore l’unanimité, elle n’en est pas moins une trace du passage de l’homme dans le paysage. Ce courant du XXe siècle est encore mal connu et par conséquent son architecture en pâtit. Après la fragmentation de la plaine de Droixhe qui a fait la renommée internationale de notre Ville en termes d’innovations urbanistiques, voilà que « l’expression la plus aboutie du brutalisme dans le centre de Liège » (1) voit ses lignes menacées… le Complexe des Chiroux sera bientôt défiguré par de nouveaux coups de pelleteuses.

    Mon idée n’est pas de lancer un débat sur des questions de goût, mais de proposer une nouvelle approche du Complexe des Chiroux. Quand la Ville se prépare à démolir la passerelle qui autrefois animait la façade de l’immeuble, d’autres citoyens aimeraient simplement voir le complexe à terre. Pourtant la dynamique des lieux (bureaux, magasins, bibliothèque, salle de spectacle, logement, etc.) en fait un cas d’étude qui mériterait réflexions.

    Je n’ai pas pour ambition de rénover l’ensemble aux frais de la Ville mais de réfléchir à un partenariat public-privé comme cela a été le cas lors de la commande du complexe dans les années 60 ! (2) Une fois les investisseurs sensibilisés à la valeur patrimoniale du site, la Ville devra montrer sa volonté de vouloir investir dans l’espace public et de le rentre appropriable par les citoyens, les badauds, les étudiants…

    Avec le recul, le « tout à la voiture » des golden sixties est sans aucun doute l’un des concepts qui a le plus desservit l’organisation des villes. Aujourd’hui, les centres villes wallons sont engorgés de véhicules et Liège n’échappe pas à la règle. L’expérience pilote « Rue apaisée » menée dans certains quartiers de Liège a été très agréablement reçue par les habitants. Alors, pourquoi ne pas tenter l’expérience en plein centre-ville et plus précisément au pied du Complexe Chiroux-Kennedy-Croisiers ? Quelques illustrations résument ma proposition pour la réorganisation du trafic routier :

    - place du Vingt Août // Quai Roosevelt -> rue des Croisiers -> rond-point des Chiroux

    => Place du Vingt Août // Quai Roosevelt -> quai Paul van Hoegaerden -> rond-point du Séminaire -> rue des Prémontrés -> rond-point des Chiroux

    - pont Kennedy // rue André Dumont -> rue des Croisiers -> quai Paul van Hoegaerden -> rond-point du Séminaire

    => Pont Kennedy // rue André Dumont -> rond-point des Chiroux -> rue des Prémontrés -> rond-point du Séminaire.

    Cette première approche peut également être traduite par :

    => moins de carrefour, moins d’arrêt/démarrage -> moins de pollution

    => accès restreint/exclusif pour parking souterrain (accès et sortie par la même voie !)

    En privilégiant une accessibilité douce dans la rue des Croisiers, nous permettons d’activer le cœur de cet ilot ! Les utilisateurs de la bibliothèque pourraient bouquiner pendant que des promeneurs découvriraient et apprécieraient un patrimoine jusqu’ici sous-estimé. La Ville pourrait également tester cette opportunité (cf. projet « Rue apaisée ») et aménager temporairement et à moindre frais la rue des Croisiers : quelques bancs ou des tables de pique-nique, des terrains de pétanque ou encore des jeux pour enfants…

    L’intérêt de cette proposition n’est pas seulement d’offrir une vue plus agréable aux habitants de la tour Kennedy et aux autres utilisateurs du complexe, mais d’activer une dynamique autour de trois espaces urbains : la place des Carmes (dossier en cours), le Centre sportif du Grand Séminaire (autre manifeste d’architecture moderne) et le nouvel espace des Croisiers (… ex-rue des Croisiers). Cette dynamique entrainerait alors un renouveau pour le Complexe en question.

    Par extension, le Centre Sportif sera enfin connecté au quartier, les investisseurs privés y verront alors peut-être une opportunité pour proposer de nouvelles infrastructures (piscine devenue Centre Wellness, gymnase devenu Centre de Fitness ou encore bibliothèque devenue librairie tendance) à leurs utilisateurs.

    Enfin et pour résumer l’idée principale de cette proposition, la Ville devrait, dans un premier temps, réaliser l'expérience « Rue apaisée » au niveau de la rue des Croisiers. Et si elle rencontre le succès escompté, la Ville pourrait envisager, sur fonds publics et à travers un concours d’architecture, l’aménagement de la future place des Croisiers comme un nouvel espace public. Cet investissement aura pour objectif d’attirer de nouveaux acteurs privés afin de donner un second souffle au Complexe Chiroux-Kennedy-Croisiers et peut-être même d’éviter la démolition (coûteuse et malheureuse) de sa passerelle… !

    (1) CHARLIER, S. et MOOR, T. (dir.), Guide architecture moderne et contemporaine 1895 – 2014 Liège, Bruxelles, Mardaga, 2014, p. 70.

    (2) Idem.