Actions sur le document

026 - Mettre en place des véhicules autonomes partagés

Par lilien

La mobilité

100 32
  • Description
  • Commentaires
  • Liège a un problème de mobilité. Elle va s'améliorer grâce au tram, aux vélos et à la gestion des transports en commun. Je propose d'ajouter une composante liée aux évolutions technologiques incontournables.
    L'arrivée des véhicules autonomes partagés est une évidence à terme (pas seulement pour Liège mais soyons pro-actif). Véhicules électriques de préférence (pour les trajets en ville et périphérie), sinon véhicules à motorisation classique ou hybride pour grands trajets.

    Projet :
    1) phase pilote (deux années ?) après contact avec les fournisseurs du service, installation de bornes de recharge (pour les électriques) et du système de gestion (qui doit être ergonomique et facile) , acquisition d'une dizaine/vingtaine de véhicule autonomes électriques dans le cadre de projets collaboratifs avec certaines marques de véhicules qui proposent ce service.

    2) évaluation de la phase pilote avec services compétents dont l'Université de Liège. Avec notamment une étude d'impact sur la mobilité (combiné avec le Tram, vélos électrique en partage), sur l'intérêt majeur pour personnes à mobilité réduite, sur le fonctionnement de la TEC (on atteint cette fois tout le monde, à coût réduit, jusqu'au pas de sa porte), des taxis, des parkings, des concessionnaires. Analyse de la révision des business model de certains acteurs. Création d'un réseau d'entretien adéquat.

    3) généralisation maximale avec intervention du privé dans les investissements. On pourrait (au niveau régional ou même fédéral) forcer les véhicules de sociétés à être des véhicules autonomes (partagés en dehors des activités professionnelles) par ex., ou encore, on n'achète plus son véhicule mais on loue un véhicule autonome partagé pour la majorité des citoyens.

    A terme on peut espérer que le même véhicule autonome sera utilisé/partagé (en ville et périphérie à définir) par beaucoup d'utilisateurs, limitant très fortement les immobilisations de places de parking, les accidents pour diverses causes (distraction, vitesse trop grande, alcool, etc...), améliorant la mobilité de tous notamment par la gestion automatique des parcours en fonction des surcharges de certains axes routiers, etc.. Tout cela ayant un impact évident sur les pollutions diverses en ville et sur les accidents de la route.

    Comme référence (gestion du système), s'inspirer de ce qui se fait à Stuttgart (véhicules électriques partagés) mais porter l'expérience aux véhicules autonomes.